Le Jésus Seminar ou les paroles non dit de Jesus !!!!!,

Publié le par Kader

Le Jésus Seminar, est un projet de six ans de consultations approfondies par un groupe d'érudits connu sous le nom de Séminaire de Jésus qui ont entrepris de déterminer les paroles authentiques de Jésus

Est-ce une nouvelle découverte qui discrédite sérieusement le christianisme ?

Non pas du tout 

Le programme du Jésus Seminar n'est pas de découvrir qui était le Jésus historique mais ce qui était caché derrière plus de deux millénaires de traditions chrétiennes, de mythes et de légendes, examiner les évangiles bibliques (Matthieu, Marc, Luc, Jean et l'Évangile non canonique de Thomas) des premiers chrétiens afin de découvrir qui était vraiment Jésus et ce qu'il disait vraiment

Le couronnement de Jésus Seminar, est un travail qui passe par les quatre évangiles bibliques et l'évangile de Thomas (Cinq Evangiles) et continue à déterminer ce que Jésus a vraiment dit et enseigné. Il divise les paroles de Jésus des évangiles en catégories en fonction de la probabilité que Jésus les ait vraiment dites.

Les mots en rouge indiquent les mots que Jésus a probablement prononcés.

Les mots en rose représentent des mots que Jésus a peut-être dits.

Les mots en gris indiquent des mots que Jésus n'a probablement pas prononcés, mais qui sont proches de ce qu'il aurait pu dire.

Les mots en noir représentent des mots que Jésus n'a certainement pas prononcés.

Pas moins de 200 universitaires et séminaires réputés y ont participé, les «boursiers» comme on les appelle, ont participé au Jésus Seminar, composé de protestants, de catholiques et de Laïcs, de professeurs d'universités et de séminaires, d'un pasteur, de trois membres du Westar Institute qui a parrainé le projet, il y a trois femmes et deux juifs et le résultat des travaux est 

Ils préjugent que les Évangiles sont entachés d'erreurs et implicitement inférieurs à toutes les autres sources qui leur sont contemporaines. Par exemple, Il est également intéressant de noter que l'évangile de Thomas reçoit un pourcentage significativement plus élevé de mots rouges et roses que les évangiles canoniques (Matthieu, Marc, Luc et Jean). il y a plus de mots en noir qu'en rouge, rose et gris combinés. Presque tout l'évangile de Jean est en noir, pour conclure que :

82 % des paroles attribuées à Jésus, il ne les a point prononcés, mais sont dites par les écrivains des évangiles ; que la mort et la résurrection de jésus eurent lieu dans l’endroit et de la façon voulus par ces écrivains !!!!!

Seulement 18% de toutes les paroles de Jésus sont de couleur rouge ou rose et un bon nombre d'entre elles viennent de Thomas

Ils rejettent les histoires de miracles comme de la fiction, une notion souvent vantée par des prophètes chrétiens anonymes

Ils préjugent que les premiers chrétiens fortement incités par la foi n'étaient pas intéressés par l'histoire et mettent volontiers des paroles dans la bouche de Jésus pour répondre à leurs propres besoins fournis à la fois des préoccupations de l'église primitive et de la culture judaïque environnante, quant on sait que dans la culture juive et des nations environnantes que pour les traditions orales il y avait une légère tendance à abréger des récits plus longs

Ainsi les enseignements de Jésus n'ont pas été écrits quand, mais ont été transmis par voie orale sur une période de plusieurs décennies. Dans ce rythme de tradition orale, ils ont été commentés, abrégés, aménagés en de petites collections, appliqués à une grande variété de situations, démontrant que les premiers chrétiens se sont sentis libres de créer à partir de tout un tissu des paroles de Jésus qu'Il n'a jamais dites. 

Les  savants du Jésus Seminar, ne croient pas à la divinité du Christ, à la résurrection du Christ, aux miracles du Christ ou à la mort par expiation  du Christ. Peut-être plus important encore, ils nient que le Saint-Esprit soit l'auteur de toutes les Écritures. 

Le Jésus Seminar revendique des hypothèses et des perspectives qui comprennent:

Les auteurs des quatre évangiles canoniques ne sont pas Matthieu, Marc, Luc et Jean, comme on le croyait traditionnellement.

Aucun de ces quatre évangiles n'a été écrit avant la chute de Jérusalem en 70 après JC.

La tradition orale des paroles de Jésus était assez fluide. Les enseignements simples étaient souvent considérablement élargis, embellis et déformés au cours du processus.

Diverses personnes dans l'église primitive, y compris les écrivains de l'Évangile eux-mêmes, se sont senties libres d'inventer des paroles de Jésus qui avaient peu ou pas de fondement dans ce qu'il enseignait réellement.

Si un dicton peut être démontré pour promouvoir des causes chrétiennes ultérieures, il ne pourrait pas provenir de Jésus. L'historicité de l'évangile de Jean est extrêmement suspecte

L'analyse historique ne peut admettre le surnaturel comme explication d'un événement. Par conséquent, les paroles de Jésus après sa résurrection comme ses prédictions antérieures sur sa mort, sa résurrection et son retour ne peuvent pas être authentiques.

Jésus n'a jamais expliqué ses paraboles et ses aphorismes. Tous les derniers mots d'explication, en particulier les interprétations allégoriques des paraboles et des métaphores, sont donc inauthentiques.

Jésus n'a jamais déclaré directement qui Il était. Tout ce matériel dans lequel Jésus dit: «Je suis…» ou «Je suis venu à…») est donc également inauthentique. Le Galiléen fut, selon certains critiques, un révolutionnaire juif, mis à mort par les Romains. C’est alors que certains de ses disciples, refusant sa mort, auraient volé son corps et fait croire en sa résurrection. Ils auraient également inventé le thème du retour prochain du Messie

Le fardeau de la preuve repose sur toute Eglise qui revendiquerait l'authenticité d'une parole particulière de Jésus supposé fondateur d'une Église dont les adeptes se sont rarement souciés de le citer donc leur «Jésus» un Juif dépouillé de sa judéité et les quelques mots qu'ils jugent authentiques réduisent Jésus à un charmeur transformé en messie, malgré lui, par le besoin d’adorer de ses partisans et qui aurait été impuissant à à réagir aux réactions fortes contre lui qui ont abouti à sa mort.

L'idée que les premiers chrétiens n'étaient pas intéressés par les paroles de Jésus avant la crucifixion est si probable, selon les critiques, lui ont été mis dans la bouche. Ceci étant, il n'est pas excessif de considérer les nombreuses manipulations qui se sont succédé au fil des Conciles, lesquelles ont inévitablement affecté la conformité des récits.

Outre une possible complaisance à falsifier les faits, on ne peut pas exclure le manque de rigueur lors de la transcription des historiques voire l'approximation des traductions qui se sont échelonnées et qui ont altéré la sincérité des événements

L’échec du Saint Siège illustre l’impossibilité de discerner ce qui est historique de ce qui est apologétique dans les quatre évangiles et autres. Sauf que sur ce point et hors contexte “dogme”, les rivalités perdurent entre les partisans de l'imposture et ceux de l'authenticité.

Pour le Vatican la vérité et le mensonge se fusionnent, alors disons simplement que l’historique Jésus est un homme que la légende Vaticane a élevé au rang de Fils de Dieu.

Ce que je pense, c’est que cette histoire du christianisme est de toute façon au bout du rouleau et je conclurai par la citation qu’Emile Zola disait dans un de ses romans : "la civilisation humaine ne progressera point à moins que la dernière pierre de la dernière église ne tombe sur la tête du dernier prêtre" ?!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article