Les Croisades sont le grand massacre des Musulmans !

Publié le par Kader

Les croisades n'ont pas favorisé la connaissance réciproque des deux religions. Des contacts plus enrichissants se sont noués en Espagne, en Sicile et à Constantinople après 1204.

Comme toute propagande, celle des croisades est plutôt négative. Les musulmans sont accusés à cette occasion d'idolâtrie, d'immoralité et même de louer et justifier la violence, alors que les chrétiens eux-mêmes faisaient l'apologie de la guerre pour rassembler et recruter des chevaliers sous la bannière du Christ. Les croisades ont été l'occasion pour les chrétiens occidentaux d'être confrontés à une masse de non-chrétiens. Les disputations religieuses sont rares.

Malgré son hostilité contre l’Islam le missionnaire Ricoldo da Monte Croce loue les nombreuses vertus qu'il voit chez les musulmans, notamment la piété, l'hospitalité4, la charité à l'égard des pauvres, l'esprit de concorde, la solidarité avec leurs coreligionnaires, le goût pour l'étude et le souci de la propreté5. Il souligne que les chrétiens sont souvent loin de pratiquer ces vertus.

Une fois les villes conquises, les troupes chrétiennes et leurs chefs, se livraient à des atrocités qui faisaient frémir les chroniqueurs chrétiens qui en avaient été les témoins, certains se plaisaient à pratiquer le cannibalisme. Ainsi, après la mise à sac de la Palestine, Raoul de Caen, chroniqueur de la Première Croisade écrivait : « A Maarat, les nôtres firent cuire les païens adultes dans des marmites et embrochèrent les enfants pour les manger rôtis. »

Le chroniquer arabe Ousana ibn Munqidh, qui avait connu dans sa chair les atrocités de la deuxième te troisième croisade, notait dans ses mémoires :

« Quand on nous eu informés sur les frany (nom donné par les Arabes aux Croisés), nous vîmes en eux des bêtes nuisibles qui ont une supériorité dans la valeur et l'ardeur au combat mais rien d'autre, tout comme les animaux ont une supériorité dans la force et l'agressivité. »

Et cet autre : « Les frany passèrent au fil du couteau la population de la Cité sainte et tuèrent des Musulmans pendant une semaine.

Dans la mosquée Al-Aqsa, ils massacrèrent 60 000 personnes. Ils réunirent et enfermèrent les Juifs dans leur synagogue et les y brûlèrent vifs. »

Même leurs coreligionnaires n'échappèrent pas à la fureur sacrée des troupes européennes : tous les prêtres et pratiquants des rites orientaux résidant à Jérusalem furent expulsés de la ville et beaucoup assassinés.

Plusieurs prêtres coptes qui savaient où se trouvait cachée «la Sainte croix du Christ» furent férocement torturés afin qu'ils livrent leur secret.

Commenter cet article