Les Sectes hystériques dans le monde musulman :!

Publié le par Kader

Le monde musulman ne connaît pas en réalité une prolifération aussi excessive des sectes, comme c’est le cas des autres religions.

La clarté du texte coranique, son discours pertinent sur le sens de la vie, la voie du salut ici-bas et dans l’au-delà, son caractère exhaustif et authentique, tenant compte de l’équilibre nécessaire entre les besoins matériels et spirituels de l’homme, ont permis d’apporter une réponse suffisante aux attentes des musulmans. Le caractère sacré de la vie de la personne humaine souligné plusieurs fois dans le Coran et le hadith, faisant du meurtre et du suicide des crimes extrêmement graves assimilés au crime contre l’humanité, a beaucoup contribué à éviter aux musulmans les tragédies de suicides individuels et collectifs.

Cela n’exclut pas bien entendu l’existence de divergences doctrinales en Islam, lesquelles divergences ont donné lieu à des écoles de pensée, à des opinions doctrinales différentes ; il s’agit des doctrines ‘‘madahibs’’ qu’on ne peut pas assimiler à des sectes étant donné leur accord sur les fondements de la religion tels que l’unicité de Dieu, la véracité du Coran et de la mission du prophète Mohammed, les cinq piliers de l’Islam, la croyance aux anges, aux Livres, aux messagers, au jugement dernier, au paradis et à l’Enfer.

Avant de passer à l’examen au cas par cas de ces sectes, jetons un coup d’œil sur ce qu’on appelle les confréries mystiques ou le ‘‘ tahaouf’’ (le soufisme).

Il faut rappeler que cette doctrine n’est pas d’origine islamique. N’ayant pas existé du temps du prophète Mohammed (s) ni des quatre califes successeurs ; elle tire son origine des philosophies grecques, hindouistes et persanes. Ces philosophies furent introduites dans le monde musulman par les nouveaux convertis.

Ibn al-Jaouzi affirme que le soufisme remonte à l’époque préislamique, tandis que le savant al-Bayrouni assure que le soufisme est une philosophie grecque, dérivée du mot grec ‘‘sophia’’ qui signifie sagesse.

Mis à part le dhikr (invocation) et la méditation qui sont des pratiques recommandées par le Coran, beaucoup de confréries ont versé dans les excès. Les unes prétendent communiquer avec les âmes qui leur donnent des informations sur le monde du mystère.

Alors qu’en réalité, les âmes en question ne sont rien d’autres que des djinns qui se font passer pour des personnes décédés et qui donnent des informations souvent fausses. Ce faisant, ils ont sombré dans la sorcellerie, le charlatanisme, le culte des saints.

a) La Tidjania a été créée à Fès vers 1790 par Ahmed Tidjani, né à Aïn Madhi (Algérie) en 1737.

Cette confrérie est bien enracinée en Afrique où elle jouit d’une popularité et d’une estime considérables. Le cheikh déclare avoir rencontré en réalité le Prophète Mohammed qui lui aurait remis un livre ‘‘jawhar al-maâni’’ (substance des sens) composé par le prophète lui-même et lui aurait indiqué une formule de prière (salat al-fateh) dont une seule invocation peut égaler plusieurs fois la lecture du Coran.

Tidjani croit avoir une place privilégiée auprès d’Allah que nul saint ne peut atteindre.

II déclare : « le maître de l’existence (Mohammed) m’a dit : ‘tu fais partie de ceux qui sont en sécurité ; tu es mon ami et celui qui t’aime est mon ami ; tes disciples sont mes disciples. Celui qui s’abreuve de ton wird (litanie) sera exempt du feu’ »

Ses disciples soutiennent que le prophète aurait conservé une partie de la révélation jusqu’au moment ou apparut Tidjani auquel le prophète lui aurait confié ce secret dont ‘‘salat al-fateh’’.

b) Parmi les sectes soutenues par le mouvement sioniste et les anglo-américains figurent à notre connaissance al-Qadianiya et al-Bahaï-ya ;

la première fondée à Qadiane (Inde) par Mirza Ahmed Gholam en 1868 et la seconde à Shiraz (Iran) par Ali Mohamed Shirazi en 1844.

Ces deux sectes sont plantées comme un poignard dans le dos de l’Islam. Leur but consiste essentiellement à saper les fondements de l’Islam, à déformer ses enseignements, à changer et à pervertir les mœurs et les croyances des musulmans, et enfin à œuvrer pour la concrétisation des idéaux sionistes, notamment le retour des Juifs en Palestine afin d’accélérer l’avènement du gouvernement juif mondial.

Comme les Juifs, les deux sectes haïssent les musulmans et les chrétiens (catholiques et orthodoxes notamment), les deux croient à la crucifixion de Jésus, les deux ont des sièges à Haïfa ( Israël), croient à la transmigration des âmes, autorisent les boissons alcoolisées et la drogue, nient l’existence du châtiment de la tombe, considèrent le Jihad est aboli, croient à la continuité de la prophétie et de la révélation après Mohammed (s), chacune des deux sectes prétend que son fondateur était le dernier messager qui recevait la révélation divine et chacune croit que son fondateur est le messie attendu

- La secte Bahaï-ya nie l’existence du Paradis et de l’Enfer, les miracles des prophètes, les djinns et les anges ; elle prône le communisme des biens et des femmes. La doctrine de la secte a été clairement exposée dans le discours de Ftaima bint Qazuini, surnommée Qurratu’l Aïn, qui proclama en public la légitimité du libertinage et du collectivisme sexuel ainsi que l’abrogation de la Charia : ‘‘le jeûne, la prière, la zakat et tout ce que Mohammed avait apporté sont nuls et de nul effet dès aujourd’hui.

Notre protecteur al-Bab (la porte) va conquérir le monde, soumettre les hommes et unifier les religions de la planète de sorte qu’il ne restera qu’une seule religion : la nouvelle religion de la vérité et la nouvelle charia sont les siennes...Profitez de la vie, il n’y aura plus rien après la mort ; partagez entre vous les richesses et les femmes. Plus d’interdits désormais, ni de charges ni de privations.’

al-Qadianiya (ou Ahmadiyya) est une secte hérétique qui propage des idées fausses sur l’Islam. Son but est d’éloigner les musulmans de leur religion et surtout de l’obligation du Jihad afin de les maintenir dans un état de passivité face au colonialisme et à l’injustice.

Cette secte considère Ahmed Gholam, son fondateur, comme le messie attendu et le meilleur des prophètes. A ce titre, ce dernier recevait, selon ses adeptes, les visites de l’ange Gabriel qui lui transmettait la révélation divine.

Ils prétendent que la ville de Qadiane (Inde) où ils effectuent le pèlerinage, est plus sainte que La Mecque et Médine. La doctrine de la secte est constituée par les œuvres écrites de cet imposteur qui s’attaque violemment à certains prophètes dont Jésus Christ (s) et renie d’autres.

Il reconnaît lui-même dans ses écrits les grands services qu’ils avaient rendus, lui et son père, au colonialisme britannique. Il se vante que son père avait offert au gouvernement britannique en 1858 un escadron de cinquante chevaux et cinquante cavaliers pour combattre la résistance islamique

Il déclare que ce dernier avait un fauteuil spécial lors des cérémonies officielles. Les adeptes de la secte autorisent le vin et la drogue. Ils qualifient de mécréants les musulmans non qadianis, interdisant l’inhumation dans leurs cimetières, la prière dans leurs mosquées et le mariage avec leurs femmes

Le Dr Ismaël A.B.Balogun, qui a consacré toute sa vie à la cause de la secte, a écrit un livre sous le titre ‘‘Islam contre Ahmadiyya au Nigeria’’ dans lequel, il révèle les impostures et les turpitudes de cette secte, en déclarant solennellement : « Je dois dire, devant Dieu et devant les hommes que plus j’examinais à fond les prétentions et tendais à montrer leurs références, plus je découvrais que la mission Ahmadiyya est en train de tromper le monde et de jouer sur l’ignorance de beaucoup de ses adeptes. »..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article