Vision Musulmane sur évolution !

Publié le par Kader

Par opposition, le créationnisme est l’affirmation que les espèces vivantes (les différents animaux, les plantes, l’homme) ont été créées telles quelles, qu’elles n’ont, au plus, vécu que quelques « micro-évolutions », c’est-à-dire à l’intérieur même de chaque espèce et jamais d’une espèce à une autre.
Toutes les religions divines ont enseigné que Allah créa l'univers en disant "Sois !", et que son fonctionnement parfait est une preuve de Sa très grande force créatrice. De nombreux versets coraniques révèlent aussi cette vérité.
Par exemple, le Coran nous révèle comment Il créa miraculeusement l'univers à partir de rien :
"Il est le Créateur des cieux et de la terre à partir du néant ! Lorsqu'Il décide une chose, Il dit seulement : 'Sois', et elle est aussitôt." (Coran, 2 : 117).
Il révèle également :
Et c'est Lui qui a créé les cieux et la terre, en toute vérité. Et le jour où Il dit : "Sois !" Cela est, Sa parole est la vérité. A Lui, [seul,] la royauté, le jour où l'on soufflera dans la Trompe. C'est Lui le Connaisseur de ce qui est voilé et de ce qui est manifeste. Et c'est Lui le Sage et le Parfaitement Connaisseur. (Coran, 6 : 73)
L’idée d’évolution elle-même est ancienne, remontant au moins aux Grecs. Nous la trouvons assez clairement exprimée par certains des grands érudits musulmans de l’âge d’or de l’Islam, comme Al-Jahiz, Ibn Maskawayh, Ibn Khaldun, etc.
Le premier naturaliste et philosophe musulman à développer une théorie de l'évolution fut le zoologiste Al-Jahiz (776-868) au ixe siècle
Dans son Livre des Animaux, il dresse une anthologie animalière où est évoquée une évolution articulée selon trois mécanismes principaux : la lutte pour l’existence, la transformation d’espèces vivantes et l’influence de l’environnement naturel Il marque ainsi l’unité de la nature et les rapports entre divers groupes d’êtres vivants.
À sa suite, pendant le xe siècle, plusieurs penseurs musulmans reprennent ses idées sur l'évolution des êtres vivants, comme Ali ibn Abbas al-Majusi ou Nasir ad-Din at-Tusi.
Selon Sigrid Hunke (1913-1999), Ali ibn Abbas al-Majusi (-982 ou 994) a expliqué l'origine des espèces par la voie de la sélection naturelle neuf siècles avant Darwin.
D'après Réda Benkirane, cette pensée naturaliste décrivant une évolution globale impliquant le minéral, le végétal et l’animal se retrouve entre autres chez le philosophe et historien iranien Ibn Miskawayh (932-1030)
Enfin, l’historien maghrébin Ibn Khaldoun (1338-1405) recourt aux notions d’ordre, de structure, de plan, de rapports entre les êtres et des permutations réciproques, de progrès graduel de la création et de continuum des êtres vivants. Il suggère également la transformation progressive et organisée du minéral vers le végétal, l'animal et finalement l'Homme .
Si ces écrits n'ont pas fait condamner leurs auteurs par les autorités islamiques, ils n'ont eu cependant que peu d'écho.
Les musulmans ne sont pas hostiles à la science, mais elles rejettent globalement la théorie de l'évolution en faisant la différence fondamentale entre la religion et l'athéisme est que la première croit en Allah, tandis que l'autre croit au matérialisme. Quand Allah questionne ceux qui nient, Il attire l'attention sur ce qu'ils affirment afin de rejeter la création :
"Ont-ils été créés à partir de rien ou sont-ils eux les créateurs ?" (Coran, 52 : 35
La tromperie la plus importante des évolutionnistes pour faire accepter par le plus grand nombre la théorie de Darwin est d'affirmer qu'elle est largement acceptée dans la communauté scientifique. En bref, ils revendiquent la validité de leur théorie en se basant sur la majorité supposée de ses adhérents et sur la soi-disant exactitude du point de vue de la majorité dans tous les cas. Il est ainsi faux d’affirmer que la majorité de la communauté scientifique croit en l'évolution.
Je suis tenté de croire qu’il faut alors énormément plus de foi pour croire en l'évolution que de croire plus simplement en la création divine de Dieu, surtout quand on calcule le gouffre immense qu'il y a entre le singe et l'homme.
Dans le refus de cette notion, ’il y a eu des affrontements et le plus connu de ces affrontements judiciaires fut le procès du singe, qui s'est déroulé en 1925, dans le Tennessee. Le 28 janvier 1925, l'État du Tennessee mit en place le Butler act qui stipule :
‘‘il est illégal pour tout enseignant de toute université, école normale et toutes les autres écoles publiques de l'État [...], d'enseigner toute théorie qui nie l'Histoire de la Création Divine de l'homme comme enseigné dans la Bible, et d'enseigner à la place que l'homme est descendu d'un ordre inférieur des animaux’’
Certains musulmans qui croient en l'évolution doivent savoir que le Coran parle de ce sujet quand il relate le destin des communautés antiques qui tenaient un discours similaire et finissaient par renier Allah et Sa religion en se laissant détourner du droit chemin. Allah avertit les croyants de ne pas suivre de tels gens fourbes, et Il informe l'humanité que suivre la majorité peut mener à de terribles erreurs :
 
Et si tu obéis à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier de Allah : ils ne suivent que la conjecture et ne font que fabriquer des mensonges.
(Coran, 6 : 116)
 
Source Traduction Jeunes Intellectuels/DZ
Bibliothèque Islamique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article