Galilée Abjuration à genoux !

Publié le par Kader

Vers le milieu du 16ème siècle, l’Eglise catholique romaine se décide à entreprendre une contre-réforme, face aux remises en cause de certains points du dogme par ceux que l’on appelait depuis 1530 les protestants.
 
L’espagnol Ignace de Loyola crée la Compagnie de Jésus, sorte d’armée de la foi au service du pape. Le Concile de Trente (1545-1563) réaffirme les points fondamentaux de la doctrine catholique et condamne sans appel le protestantisme.
Des procès en hérésie sont faits à ceux qui osent soutenir que la Terre n’est pas le centre du monde. En 1611, la fin tragique de Giordano Bruno (supplicié sur le bûcher le 17 février 1600) est encore dans tous les esprits des contemporains...
Les jésuites de l’époque tirent alors “la sonnette d’alarme” : en remettant en cause la théorie d’Aristote sur la matière9, théorie que l’Eglise juge conforme aux Saintes Ecritures, Galilée est en train de commettre une hérésie.
 
De plus, il affirme aussi que la Terre n’est pas le centre du monde. Ses ennemis l’accusent, là encore, de ruiner les Saintes Ecritures.
Il est vrai qu’il entretient la polémique. Ne diffuse-t-il pas une lettre à la Grande-Duchesse douairière de Toscane, Christine de Lorraine, où il explique que :
 
«’L’Intention du Saint Esprit est de nous enseigner comment on doit aller au ciel et non comment va le ciel », revendiquant ainsi la liberté de la science ?
 
Galilée est convoqué à Rome par le tribunal de l’Inquisition. Il est mis en arrestation dans le palais de l’ambassadeur de Toscane, comparaît devant le Saint-Office mais ne peut convaincre ses juges. Au bout de vingt jours de détention, il est ramené au palais de l’ambassadeur.
Le 22 juin 1633, on lui annonce qu’il est condamné.
 
Que lui reproche-t-on ?
 
Le premier chef d’accusation, formulé dans la sentence prononcée par le tribunal de l’Inquisition, semble répondre très clairement à cette question :
 
Comme ainsi soit que toi, Galileo Galilei, fils de Vincenzo Galileo, florentin, âgé de 70 ans, dénoncé à ce Saint-Office pour ce que tu tenais pour véritable la fausse doctrine, enseignée par aucuns, que le soleil est le centre du monde et immobile et que la terre ne l’était pas et se remuait d’un mouvement journalier (…)”.
 
C’est donc l’affirmation du mouvement de la Terre qui semble valoir à Galilée d’être condamné. En présence de cardinaux inquisiteurs, Galilée, qui est un vieillard de soixante dix ans presque aveugle, doit, à genoux, abjurer solennellement la thèse copernicienne qu’il sait être vraie.
 
Le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde est mis à l’index.
On prétend qu’il murmura en se relevant : “E pur si muove” (“Et pourtant elle tourne”) ce qui paraît bien improbable car il aurait risqué d’être brûlé vif comme Giordano Bruno.
Pour les inquisiteurs qui ont jugé Galilée, toute connaissance est soumise à la vision du monde présentée par les récits bibliques. A leurs yeux, la démarche de Galilée qui s’appuie sans à priori sur l’observation et l’expérience, remet en cause cette représentation du monde et peut-être la foi en Dieu, tout au moins la puissance et l’autorité de l’Eglise dont les affirmations devenaient alors contestables.
 
C’est le début d’un long affrontement entre la recherche scientifique et une représentation religieuse du monde. De nos jours, les domaines respectifs sont mieux délimités. Et Galilée compte parmi ceux qui, au début des Temps modernes, ont contribué à mettre en route cette évolution.
L’abjuration de Galilée
 
Moi, Galileo Galilei, florentin, physiquement présent devant ce tribunal, agenouillé devant vous, Très Eminents et Révérends cardinaux inquisiteurs dans toute la République chrétienne contre la perversité hérétique, ayant sous les yeux les sacro-saints évangiles que je touche de mes propres mains,
 
Je jure que j’ai toujours cru, que je crois maintenant et qu’avec l’aide de Dieu je continuerai à croire tout ce que tient pour vrai, prêche et enseigne la Sainte-Eglise catholique, apostolique et romaine. Attendu que ce Saint-Office m’avait intimé juridiquement l’ordre d’abandonner la fausse opinion selon laquelle le Soleil est au centre du monde et immobile tandis que la Terre n’est pas au centre du monde et qu’elle est mobile,
 
Attendu que je ne pouvais enseigner en aucune façon la dite fausse doctrine, après qu’elle m’eût été notifiée contraire à la Sainte-Ecriture, Attendu, d’autre part, que j’ai écrit et donné à imprimer un livre dans lequel je traite de la doctrine déjà condamnée, en y apportant des raisons très efficaces en sa faveur,
 
J’ai été jugé véhémentement suspect d’hérésie.
 
Par conséquent, je viens d’un cœur sincère et d’une foi non feinte abjurer, maudire et détester les susdites erreurs et hérésies et en général toute erreur, hérésie et secte contraire à la Sainte-Eglise. Et je jure qu’à l’avenir, je ne dirai ni affirmerai jamais plus, ni verbalement ni par écrit, des choses qui puissent me rendre suspect d’hérésie. Moi, Galileo Galilei, j’ai abjuré et signé de ma propre main.
Rome, couvent Santa Maria sopra Minerva, le 22 juin 1633.
 
Après son abjuration, Galilée peut revenir en Toscane, à Arcetri, dans une villa où il est prisonnier, ses travaux furent mis à feu. 
Lorsqu’il obtient, après de nombreuses démarches, le droit d’aller assister à la messe dans l’église voisine, les habitants reçoivent l’ordre de s’écarter de lui, il est interdit de lui parler. Seule, l’une de ses filles qui est religieuse, l’accompagne en le soutenant.
Devenu aveugle en 1636, il continue à travailler avec ses disciples, surtout Viviani et Torricelli.
Il publie en 1638 ses Discours autour de deux nouvelles sciences. Ces deux nouvelles sciences étaient pour lui “la mécanique et les mouvements locaux, c’est à dire les deux branches de la mécanique que nous appelons de nos jours la statique et la dynamique.
Dans cet ouvrage, Galilée reprend ses anciens travaux de mécanique, corrigeant les erreurs qu’il avait pu faire antérieurement, preuve de sa grande intégrité intellectuelle.
Cependant, conséquence scientifique de sa condamnation, il ne fait intervenir aucune considération astronomique.
 
Les jésuites de l’époque tirent alors “la sonnette d’alarme” : en remettant en cause la théorie d’Aristote sur la matière, théorie que l’Eglise juge conforme aux Saintes Écritures, Galilée est en train de commettre une hérésie.
De plus, il affirme aussi que la Terre n’est pas le centre du monde. Ses ennemis l’accusent, là encore, de ruiner les Saintes Écritures.
On prétend qu’il murmura en se relevant : “E pur si muove” (“Et pourtant elle tourne”) ce qui paraît bien improbable car il aurait risqué d’être brûlé vif comme Giordano Bruno.
 
Pour les inquisiteurs qui ont jugé Galilée, toute connaissance est soumise à la vision du monde présentée par les récits bibliques.
 
Donc on voit bien que le pauvre Galilée a été condamné pour avoir présenté une thèse contraire aux écritures bibliques, contrairement à Giordano Bruno, condamné à être brulé vif par l'Inquisition, d'après ses écrits jugés blasphématoires (où il proclame en outre que Jésus-Christ n'est pas Dieu mais un simple «mage habile», que le Saint-Esprit est l'âme de ce monde, que Satan sera finalement sauvé.
 
Le 17 février 1600, il est mis nu, la langue entravée par un mors de bois l'empêchant de parler et de crier, et livré aux flammes sur le Campo de' Fiori, devant la foule des pèlerins venus pour le Jubilé.
Tout ceci au nom de l’Eglise !!!!!!!

Commenter cet article