L'Islam en Chine !

Publié le par Kader

La grande mosquée de Guangzhou est également connue sous le nom de mosquée Huaisheng, qui signifie « souvenez-vous du sage » (une mosquée à la mémoire du Prophète), et est aussi populairement appelée la mosquée Guangta, qui signifie « la mosquée de la tour du phare ». La mosquée Huaisheng est située sur la Guangta Road, qui va vers l’est, au large de Renmin Zhonglu.
 
Les navires arabes partaient de Bassorah, en amont du Golfe Persique, et aussi de la ville de Qays (Siraf), dans le Golfe Persique. Ils traversaient l’Océan Indien, dépassaient le Sri Lanka et continuaient à travers le détroit de Malacca, situé entre la péninsule Malaise et l’île indonésienne de Sumatra, en route vers le sud de la Mer de Chine. Ils avaient établi des comptoirs dans les ports de Quanzhou et Guangzhou, sis dans le sud-est. Certains Arabes s’étaient déjà installés en Chine et avaient probablement déjà embrassé l’islam lorsque s’y rendit la première délégation musulmane, car leurs familles et leurs amis, restés en Arabie, avaient, eux, déjà embrassé l’islam durant la mission prophétique de Mohammed (610-32).
 
Guangzhou est appelée Khanfou, par les Arabes, qui y établirent, plus tard, un quartier musulman qui devint un centre de commerce. La position géographique de Guangzhou fait d’elle le plus vieux port marchand international de Chine. Témoin de nombreux événements historiques, la Chine est devenue une région importante, dont l’expansion rapide lui a apporté une prospérité sans précédent.
 
Les annales chinoises de l’époque font mention des Arabes musulmans et font référence à leur royaume en tant qu’al-Medina (d’Arabie). En chinois, l’islam se dit « Yisilan Jiao » (qui signifie « la religion pure »). Un officiel chinois a déjà décrit la Mecque comme étant le lieu de naissance de Bouddha Ma-hia-wou (i.e. du prophète Mohammed).
 
Il existe plusieurs versions historiques sur l’apparition de l’islam en Chine. Certaines archives affirment que les musulmans arrivèrent d’abord en Chine en deux groupes, et sur une période de deux mois, en provenance d’Abyssinie (Éthiopie).
 
L’Éthiopie est l’endroit où certains des premiers musulmans s’étaient réfugiés des persécutions dont ils étaient victimes de la part de la tribu de Qouraysh, à la Mecque. Parmi ce groupe de réfugiés se trouvaient une des filles du Prophète, Rouqayyah, son époux, Outhman ibn Affan, Sad ibn Abi Waqqas et plusieurs autres compagnons du Prophète, qui avaient fui sur son conseil. Ils avaient reçu l’asile politique, que leur avait accordé le roi Atsmaha Négus, dans la ville d’Aksoum (615 de notre ère).
 
Certaines archives relatent que Sad ibn Abi Waqqas et trois autres compagnons prirent la mer jusqu’en Chine, vers 616, avec l’appui du roi d’Abyssinie. Sad retourna plus tard en Arabie, puis revint en Chine, où il apporta une copie du Coran à Liu Chih, qui rédigea la biographie du Prophète en douze volumes.
L’un des compagnons qui vécurent en Chine y serait mort vers l’an 635 et enterré dans la partie occidentale de la ville de Hami. Sa tombe est connue sous le nom de « Geys Mazars » et plusieurs la révèrent, dans la région. L’endroit se situe dans le nord-ouest de la province indépendante de Xingjian (Sinkiang), à environ 400 milles à l’est de la capitale, Urumqi. Xingjian fait quatre fois la superficie du Japon, partage ses frontières avec huit différentes nations et abrite le plus important groupe indigène d’ouïghours turcophones. En plus d’être la région de Chine où l’on compte le plus de musulmans, Xingjian occupe aussi une position géographique stratégique.
À Médine, Sad, qui avait des connaissances en architecture, avait ajouté un Iwan (salle en forme d’arc) comme lieu de prière. Plus tard, il établit les fondations de ce qui allait être la première mosquée de Chine, qui donna naissance à un croisement réussi entre l’architecture islamique et l’architecture chinoise.
Selon les archives historiques de la dynastie Tang, un émissaire de Médine, envoyé par Sad ibn Abi Waqqas, arriva à Guangzhou vers 650, repartit en direction de Chang’an (aujourd’hui Xi’an), en passant par ce qui allait plus tard s’appeler la « route de la soie ».
Le Coran affirme, en termes non-équivoques, que Mohammed (SAWS) fut envoyé comme une miséricorde aux peuples de la terre (21:107). Dans un autre verset, on peut lire :
«Et Nous ne t’avons envoyé à l’humanité, (ô Mohammed), que pour annoncer la bonne nouvelle et avertir. » (34:28)
Le caractère universel de l’islam a facilité son acceptation par des peuples de toutes races et nations et le meilleur exemple en est la Chine, où la population indigène multiethnique et musulmane est plus importante que la population de bien des pays arabes, incluant celle de l’Arabie.

Commenter cet article